Présentation des candidats du Parti Vert

Agir maintenant à Québec

Québec – Le 29 août 2021 – L’Alliance des Verts de la région de Québec-Chaudière-Appalaches présente le groupe de candidats  les circonscriptions de la région de Québec pour la tenue des  élections du 20 septembre prochain.

Louis-Hébert : Monsieur Denis Blanchette est un politicien aguerri ayant déjà été député fédéral de Louis-Hébert pendant quatre  ans. Social-démocrate ayant une sensibilité pour les questions environnementales, il a rejoint les rangs du Parti Vert et il est  déterminé à convaincre ses concitoyens de lui faire confiance  pour un deuxième mandat au parlement canadien.

Québec : Monsieur Patrick Kerr a grandi dans une province de l’ouest canadien. En 2012 il vient œuvrer dans une entreprise de  Québec pour mettre en application les connaissances acquises  durant son doctorat en métallurgie.

Charlesbourg-Haute-Saint-Charles : Monsieur Jacques Palardy-Dion a reçu des formations en développement durable et en  design de bâtiments écologiques. Il est très intéressé par les  actualités politiques et environnementales.

Beauport-Limoilou : Madame Dalila Elhak est une femme d’affaires impliquée dans son milieu et initiatrice du projet  l’agriculture urbaine citoyenne dans le quartier Maizerets.

Louis-St-Laurent : Monsieur Daniel Chicoine, officier au sein des Forces Canadiennes, est inspiré par la manifestation de notre jeunesse de par le monde et est contre l’inertie des  gouvernements face à l’urgence climatique. Son statut d’Ancien Combattant lève la réserve politique que sa carrière militaire lui imposait et il veut faire partie de la solution pour faire face à  l’urgence climatique.

Sur quels principaux aspects locaux doit s’appuyer la relance post-pandémie ?

Pour l’ensemble des candidats Verts de la ville de Québec, cette 4ème vague nous éloigne de la relance post-pandémie qui a servi de prétexte pour déclencher une élection non souhaitée par la population. La relance devra faire de Québec une ville plus  résiliente, offrant un meilleur support à la production locale, offrant plus de logements abordables et supportant les projets de transport collectif, là où les besoins ont émergé tels que les déplacements vers les banlieues et inter-rives.

Pour le candidat de Louis-Hébert, à moyen et long terme, le rôle de l’Université Laval est crucial dans la recherche et le  développement de technologies plus vertes.  Pour le candidat de Québec, pour conserver la diversité sociale des quartiers centraux, et en prenant compte de la densité de population du  centre-ville, il est impératif de réinvestir massivement dans les logements sociaux à Québec.

Dans Beauport-Limoilou, pour la candidate, il est urgent de conclure une entente Québec-Canada pour attribuer au  gouvernement québécois la gestion du programme de travailleurs étrangers temporaires.

Pour le candidat de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, il est possible de moderniser le code de construction pour faire face aux changements climatiques et mettre en place des incitatifs à la construction écologique haute performance.

Quelles sont vos priorités en matière de transport régional ?

Pour l’ensemble des candidats Vert de la ville de Québec, la région est déjà très bien pourvue en autoroutes, donc la construction  d’un troisième lien est futile. Le gouvernement fédéral doit  supporter non seulement le transport collectif en zone urbaine  mais également le transport interurbain en provenance des zones périphériques, réduisant le transport individuel et favorisant  l’occupation du territoire sans nécessairement favoriser  l’étalement urbain.

Pour le candidat de Québec il existe déjà des infrastructures fluviales et sur rail de proximité qui peuvent être aménagées pour améliorer leur accessibilité en allant jusqu’à la gratuité.

Pour le candidat de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, une ville telle que Québec doit avoir un transport structurant capable de  prendre en charge, aux points d’entrée en ville, les gens qui viennent travailler à Québec en provenance des banlieues  éloignées.

Pour le candidat de Louis-St-Laurent, le Canada doit se doter d’un TGV pour relier les régions entre elles afin qu’il soit tout aussi  pratique que l’avion. Le projet de Train à Grande Fréquence (TGF) est une fausse bonne idée; rien d’innovant après un demi-siècle d’immobilisme.

Et l’environnement, comment on s’en occupe dans l’immédiat ?

Pour l’ensemble des candidats Verts de la ville de Québec, le  Canada est le seul pays du G7 qui émet plus de gaz à effet de  serre qu’au moment de la signature de l’Accord de Paris, et ce, malgré la pandémie; l’échec des Libéraux est criant en la matière.  Si on veut réduire les effets des changements climatiques, il faut  agir maintenant.

Pour le candidat de Louis-Hébert, au Québec, le transport génère 43% de ces gaz.  En augmentant la cadence de l’électrification des transports et en augmentant notre capacité de recherche dans les  secteurs les plus polluants (raffineries, cimenteries,  métallurgie & aluminerie), le Québec pourrait rapidement faire bonne figure.

Pour le candidat de Québec, l’eau potable est une ressource qui devient de moins en moins abondante. La navigation et la prise  d’eau dans le fleuve sont menacées. Il est essentiel de préserver la souveraineté du Canada sur les Grands-Lacs.

Pour le candidat de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, il est important de commencer la transition vers un mode de vie plus  durable. L’économie circulaire doit devenir la norme, et l’obsolescence programmée doit être contrée.  L’agriculture urbaine doit être développée pour améliorer notre autonomie alimentaire.

Pour la candidate de Beauport-Limoilou, l’agriculture urbaine fait partie des initiatives qui réduisent l’empreinte écologique, entre autres en réduisant l’effet du transport.  Ainsi, la préservation des  terres des Sœurs de la Charité constituerait un pas dans la bonne  direction.

Pour le candidat de Louis-St-Laurent, l’économie circulaire constitue un levier de croissance économique qui favorise l’essor de nouveaux modèles d’affaires et le développement de technologies et de produits plus économes en ressources et avec  une faible empreinte environnementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *